Vienne s'éloigne le matin du 12 août et nous prenons la route de Slavkov, au Tchékistan. Le site que nous allons visiter est mondialement connu pour avoir vu s'affronter trois empereurs dans une des plus mémorables batailles de l'histoire de l'humanité, le 2 décembre 1805. Mais les Tchékistanais ont gardé, pour le désigner, la toponymie locale, Slavkov u Brna, au lieu de la toponymie allemande, que Napoléon a utilisée, Austerlitz.

Et on y débarque avec presque le sentiment d'un voyage dans le temps, puisque le 12 août est le jour de la reconstitution (avec le 2 décembre) de la bataille. Sur le plateau de Pratzen, on trouve donc des grognards accoudés au bar du mémorial, les tentes blanches où ils ont passé la nuit se trouvant à 100 mètres sous le mémorial. Et puis surtout, à Austerlitz même, dans les jardins du chateau où les Russes et Austro-hongrois ont signé la capitulation, on assiste à la reconstitution des mouvements de corps de troupes de cette journée mémorable, en tenue et avec le son des canons et fusils chargés à blanc, mais tonitruants. On s'y croirait et comme on a gagné, on trouve que le spectacle se finit bien...

 

Il fait soif

 

Reconstitution Austerlitz

Reconstitution Austerlitz

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_1e270 

Reconstitution Austerlitz

Reconstitution Austerlitz

 

Deux heures et demie d'une autoroute en travaux plus tard, nous arrivons à Prague et prenons possession pour trois jours d'un magnifique appartement Air BnB, en duplex et aménagé à neuf par un couple de jeunes propriétaires adorables. On se prépare donc à passer notre plus longue étape, trois jours, dans les meilleures conditions.

Prague le soir

Prague le soir

Prague le soir

On y croit jusqu'au lendemain matin quand Morgane, qui a déjà franchi le Yan Tsé Kiang à la nage et pris une photo du Yéti, se décide à boire l'eau du robinet, malgré les consignes des grincheux qui lui servent de géniteurs. Bon là, on a droit à quelques vomissements, des gémissements, des récriminations du genre "j'avais déjà franchi le Yan Tsé Kiang à la nage et pris une photo du Yéti, je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas boire l'eau du robinet" ou encore "j'en bois depuis trois jours et ça ne m'a rien fait". Bref tout y passe pour expliquer qu'elle est victime d'un complot trumpo-kimjongilunien pour éteindre l'une des plus grandes consciences de l'humanité et cela se termine par un "je reste au lit ; je vous rejoindrai quand ça ira mieux".

 On part donc en ville, pour de courtes visites, telle que celle du musée de la torture médiévale. Vous verrez quelques exemples de l'imagination débordante des moralisateurs et censeurs de l'époque, qui vont me renforcer dans l'idée "que l'on dit moyen-âgeux et non médiéval"...

Water boarding, par les ancêtres de Georges W Bush

Sandrine l'empaleuse

Viser l'aisselle...

Morgane nous y a finalement accompagné, mais va encore plus mal et comme c'est dimanche et qu'il n'y a pas de pharmacie de garde dans le rayon, j'opte pour les urgences de l'hôpital le plus proche. Malheureux que je suis! J'ai cru que le spectacle de ma fille maladive susciterait un brin de compassion chez des adeptes d'Hippocrate. C'était sans compter sur le bouledogue de l'accueil, qui nous explique en tchékistanais qu'on doit aller voir la huitième fenêtre du second couloir qui, bien que fermée, cache notre sauveur. C'était sans compter ensuite sur ce sauveur, visiblement consanguin depuis plusieurs générations, qui baragouine "Intern" et fait un geste du bras pour nous renvoyer dans un autre couloir. C'était sans compter enfin sur la dite interne, une bonne femme d'une cinquantaine d'années qui doit réaliser sa trente deuxième année d'internat par défaut de compétence et qui nous envoie bouler méchamment, pour défaut de passeport, en roulant les yeux et en levant les paumes vers le ciel, histoire de nous rappeler, comme son cousin germain kapo dans les bains Gellert de Budapest, qu'on est vraiment des crétins des Alpes... Je les maudis tous jusqu'à la génération qui s'éteindra dans tous les cas bientôt, par excès de consanguinité.

On rentre donc penauds à l'appart où Morgane se rétablira finalement d'elle-même en fin de journée. Tout ça pour ça! Je décide donc de me remettre de ces émotions en rejoignant le reste du harem pour visiter le musée de la bière. On y apprend, avant la dégustation de trois bières, que le Tchékistan a eu jusqu'à 1 000 brasseries dans les années 80, qu'il n'en compte "plus que" 200 et qu'il produit donc des milliers de bières endogènes. Je commence à mieux comprendre l'accueil de l'hôpital...

Mon impression est confirmée le lendemain tôt, lors d'un footing matinal, quand je croise un poivrot tous les 500 mètres, dont certains s'adonnent encore à leur activité culturelle de la nuit : se remplir le ventre de gros rouge. Il règne clairement dans la ville une atmosphère de vinasse et de binouse, quand la première impression était celle d'une ville de Bohême qui fleurait le bon vin et la bière finement brassée. 

On passe cependant sur ce sentiment un peu désagréable et on rejoint le quartier historique du château. Changement de décor : des bâtiments superbes, un restaurant trois étoiles (à notre goût exigeant), une cathédrale gothique plus longue que Notre Dame de Paris ; on visite tout cela avec grand plaisir, pour finir par un petit musée local du KGB, qui vaut surtout par son gérant, particulièrement théâtral, et un dernier point de vue en hauteur depuis une réplique de la tour Eiffel. Superbe et plaisant, Prague a vraiment plusieurs visages.

Intérieur de la cathédrale

Twins dab

Dans la vieille ville

Tu le reconnais, Adil?

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_1e36d

Visiblement le Christ aussi. Puisque lors de la visite de Notre Dame de Lorette, nous le découvrons, stupéfaits, travesti lors de sa crucifixion. On se dit d'abord qu'on a oublié notre vieux catéchisme, puis qu'il ne s'agit pas de lui, avant de tomber sur une peinture qui enfonce le clou, si je puis dire... On en conclut donc que nos dogmes d'Europe occidentale sont plus étroits que ceux de l'Europe centrale. Et du coup, on relativise carrément la transgression de Conchita Wurst, lors de l'Eurovision de 2015 : Jésus l'avait déjà fait 2000 ans avant. Même pour Freddy Mercury, je commence à avoir des doutes...

Troublant,non?

Ce n'est pas un hasard...